Trois préfectures toujours épargnées par la Covid-19 au Togo

Trois préfectures toujours épargnées par la Covid-19 au Togo

SHARE
Se laver régulièrement les mains protège contre le Coronavirus (©TogoPresse)
image_pdfimage_print

Le Togo compte à la date du 31 Mai, au total 442 cas confirmés de Coronavirus dont 218 cas actifs, 211 personnes guéries et 13 décès. Trois préfectures restent toujours épargnées par la pandémie. Il s’agit des préfectures de Haho et d’Agou dans la région des plateaux, et celle de Tandjoaré dans la région des savanes.

Toutes les 36 autres préfectures du pays sont déjà touchées par la maladie, dont le nombre de patients ne cesse de croitre. En 10 jours, le nombre de cas confirmés à la Covid-19 est passé de 340 à 442. Le grand Lomé (Lomé Commune, Agoè-Nyivé, Golfe) compte le plus grand nombre de cas, soit 275.

Selon le Professeur-Colonel Mohaman DJIBRIL, Coordonnateur National de Gestion de la Riposte à la COVID-19 (CNGR-C19), la hausse du nombre de cas s’explique par l’accroissement du nombre de tests effectués d’une part, et par le retour des togolais bloqués à l’extérieur, d’autre part.

Dimanche 31 Mai, neuf (9) des 374 personnes testées sont positives portant le nombre total de cas positifs à 442. Ces nouveaux patients se répartissent comme suit : cinq (5) cas parmi les contacts (dont 2 hommes dans le district V à Lomé, 1 femme et 1 homme dans le district de Golfe à Lomé, 1 femme à Badou dans le district de Wawa), trois (3) cas parmi les voyageurs (1 femme et 1 homme à Kantè dans le district de Kéran, 1 femme dans le district de Mô) et un (1) cas parmi les suspects dans le district V à Lomé.

Au total 20079 tests de laboratoire ont été effectués à ce jour sur toute l’étendue du territoire national.

Les mesures barrières à savoir se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, porter son cache nez, ne pas se serrer les mains, se tenir à une distance d’au moins un mètre l’un de l’autre, tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique sont toujours recommandées par les autorités sanitaires à l’endroit de la population.

La Rédaction