Vers une réduction du coût des transferts de fonds de la diaspora...

Vers une réduction du coût des transferts de fonds de la diaspora africaine

SHARE
Une photo de famille des officiels au forum
image_pdfimage_print

Les coûts des transferts de fonds de la diaspora africaine pourront connaître une réduction, avec l’objectif d’optimiser la contribution de cette dernière au développement de l’Afrique.

Un forum s’est ouvert dans ce sens ce jeudi 12 janvier 2023 à Rabat au Maroc en présence du ministre togolais des Affaires Etrangères, de l’Intégration Régionale et des Togolais de l’Extérieur, Pr Robert Dussey.

Les travaux visent justement à renforcer les cadres de dialogue existants au niveau continental en ce qui concerne les actions à mener en vue de la réduction des coûts des transferts de fonds de la diaspora africaine.

Le patron de la diplomatie togolaise a expliqué que ce  forum est l’un des projets prioritaires du plan d’action de la décennie des racines africaines et de la diaspora africaine.

« Certaines régions du monde notamment le continent africain demeurent toujours victimes de coûts de transferts très élevés par rapport à la moyenne. Ces transferts sont astreints à des taux exorbitants et les retenues pratiquées par les organismes de transfert peuvent, selon certaines études, atteindre 15 %, représentant ainsi quelque 1,6 milliards d’euros de manque à gagner pour le continent africain », a-t-il expliqué.

Les travaux permettront aux participants de mener des réflexions approfondies afin de trouver des approches de solutions innovantes en vue de répondre au besoin d’optimisation des transferts de fonds de la diaspora.

Pour rappel, l’importance des envois de fonds de la diaspora dans l’économie dans les pays africains n’est plus à démontrer. Selon les statistiques, ces transferts monétaires vers le continent se sont élevés à 85,9 milliards de dollars en 2019 et 78,4 milliards en 2020 et représentent une contribution moyenne comprise entre 7 et 10 % du PIB des pays, et plus de 20 % du PIB de certains pays comme le Cap Vert, la Gambie et le Lesotho.

Pour ce qui est du Togo, ces transferts financiers représentent entre 8 % et 10 % du PIB.

David S.